Brahmine

«Ce n’est pas un problème si le public voit les ficelles, ce qui compte c’est la sincérité.»

→ Voir aussi la page biographique de Brahmine.

Fondé en 2008 par D. Kimm, le collectif Brahmine vise à créer des spectacles incluant performances, projections, installations, musique, théâtre d’ombres, magie naïve, marionnettes, automates, objets transformés. Le collectif réunit dix artistes interdisciplinaires qui ont une démarche artisanale et ludique, qui questionnent tout autant la matière, l’espace, le contenu que le rapport à l’acte performatif. Le collectif est influencé par le travail d’artistes inventeurs comme Robert-Houdin et George Méliès mais aussi par tout ce qui est étrange et marginal. Il s’inspire très librement de l’esthétique des Cabinets des curiosités et des Tableaux vivants mais aussi du spiritisme et des sciences occultes du 19e siècle ou encore de l’atmosphère de «freak show» ou de «side show» américains associés au cirque de Barnum. Interdisciplinaire et indiscipliné, le collectif Brahmine chérit par-dessus tout l’esprit artisanal et la débrouillardise.

Les membres du collectif sont: Marcelle Hudon, Stephen Lawson et Aaron Pollard (2boys.tv), Mélanie Charest et Pierre Potvin (ZAL), Lucas Jolly et Steeve Dumais (Mobile Home), Brigitte Henry, Martine H Crispo et D. Kimm.

Le collectif a présenté une première version du spectacle Le Miracle de Brahmine (titre emprunté à un film de Méliès) le 9 février 2009 à La Sala Rossa dans le cadre du 8e Festival Voix d’Amériques. Le public était invité à pénétrer dans l’univers de la famille Robert-Boudin (en référence à Robert-Houdin bien sûr), une famille sympathique bien qu’un peu caractérielle, qui s’adonne consciencieusement à ses rituels préférés.

Le spectacle a connu un incroyable succès et a été en quelque sorte la révélation du Festival. Le spectacle a été qualifié de poétique, amusant et troublant. Il faut dire que le collectif assume pleinement le caractère artisanal «d’un spectacle dans lequel on peut voir les ficelles». Le collectif ne vise pas tant à impressionner les spectateurs qu’à les rendre complices du processus et prêts à s’émerveiller de procédés désuets mais toujours charmants tels projections d’images fantômes, tables qui lévitent, photos qui se révèlent dans le noir, danses pittoresques, tableaux vivants, poupées manipulées, spirale magique.

Les Filles électriques remercient le Conseil des arts de Montréal pour son soutien à la création de ce premier spectacle. Le spectacle Le Miracle de Brahmine n’est que le début d’une longue aventure et le collectif poursuivra son voyage selon les invitations et la volonté des esprits… et des diffuseurs, subventionnaires, mécènes.

Le Miracle de Brahmine
Photo: Caroline Hayeur
Stephen Lawson: Le miracle de Brahmine: le Retour
Mélanie Charest, Le miracle de Brahmine: le Retour
Photo: Brigitte Henry