Séries >

Spectacles de 20h30

Le Festival Voix d’Amériques (FVA) continue de prendre des risques et d’oser avec des artistes aux voix fortes et des spectacles qui sortent des sentiers battus! Huit grands spectacles sont au programme et les fidèles du FVA seront heureux de retrouver nos incontournables tels le Combat contre la langue de bois, le Body and Soul et notre très délinquant Cabaret Dada. Mais nous explorons aussi de nouvelles contrées avec Sky de Sela et Fred Fortin et un concept de spectacle intrigant intitulé Dans la forêt, une autre initiative de notre infatigable directrice artistique.

5 février

20h30

Ursula Rucker Solo

Ursula Rucker accompagnée des musiciens Bernard Falaise, Frédéric Boudreault, Pierre Tanguay.

15,00$

En anglais. Ursula Rucker a participé au Festival en 2004 et elle nous avait tous subjugués. Elle était enceinte, accompagnée d’un de ses fils, incroyablement émouvante et sensuelle. Ses textes, portés par une voix superbe et une musicalité naturelle, vont droit au cœur. Ursula Rucker a non seulement le sens du rythme et de la sonorité, mais c’est aussi une femme engagée qui connaît le pouvoir réel des mots. Et comme elle l’affirme dans son texte fétiche «What a woman must do»:

Until you walk, run, fight a mile in her shoes
Don’t you dare stand in front of me and tell me
What a woman must do

En 2004, Ursula était accompagnée de notre cher guitariste Bernard Falaise et elle l’avait tellement aimé qu’elle voulait l’amener avec elle en tournée! Ce seront donc de chaleureuses retrouvailles à ne pas manquer.

6 février

20h30

Body and Soul 7

Bilingue. Avouons-le, le concept du spectacle Body and Soul, qui rend hommage aux femmes fortes et puissantes sur scène, nous avait été grandement inspiré par Ursula Rucker qui y participait pour la première édition en 2004. Sept ans plus tard, elle reprend le flambeau lors d’une soirée partagée avec cinq autres femmes assez «hot» merci! Aussi connue sous le nom de Gambletron, Gambletron, musicienne inclassable et remarquable improvisatrice, s’est fait remarquer dans plusieurs projets (Clues, Evangelista, etc.). La poète Inuit Taqralik Partridge, influencée tout autant par le hip-hop que la tradition des conteurs Inuit, est majestueuse sur scène. Autodidacte et multi-instrumentaliste, la jeune Geeta (Sparkle) est connue pour ses performances remplies d’énergie et d’émotion. Et le duo Mankind, formé des performeuses Alexis O’Hara et D. Kimm??? Well, elles sont délicieuses, changeantes, dérangeantes, curieuses, attachantes (name it!).

7 février

20h30

Sky de Sela: Maintenant

Sky de Sela avec le contrebassiste français Benoît Jayot et le montréalais Pierre-Yves Martel à la viole de gambe.

12,00$

En français. «Mesdames et Messieurs j’ai pris une décision. Je ne veux plus jamais rien cacher.» C’est avec ces mots que le spectacle s’ouvre. Sky de Sela, ancienne trapéziste du Cirque Pocheros, chassée des airs pour cause de chute, raconte sa propre histoire. C’est un va-et-vient aussi déconcertant qu’hilarant entre splendeur déchue et folie douce, entre la parole et la gestuelle muette du clown. Authentique jusqu’à l’os, enracinée dans ses vingt-cinq ans de cirque, Sky déroule son autobiographie sur un ton intimiste et direct. Accompagnée par le français Benoît Jayot à la contrebasse et le québécois Pierre-Yves Martel à la viole de gambe, elle plonge dans le passé pour revenir au présent. Pour y être sans reculer, femme et clown. C’est de plus en plus dépouillé, jouissif et osé. C’est tellement simple… c’est «Maintenant». Voici enfin Sky de Sela en grande première au Festival Voix d’Amériques. C’est notre douce et regrettée Lhasa qui nous a fait découvrir sa grande sœur et nous aurions tant aimé qu’elle soit avec nous pour voir ça.

8 février

20h30

Dans la forêt 1: Jubilation noire

Louise Bombardier et Élise Turcotte.

Égrégore: Francine Alepin.

Metteure en songes: Markita Boies.

Ambiance sonore: Jean-Sébastien Durocher. Éclairage: Lucie Bazzo

12,00$

En français. La nouvelle série Dans la forêt s’intéresse au monde mystérieux, aux camouflages, aux petits bruits, aux animaux intérieurs, aux pièges dans la forêt profonde, aux secrets dans les sous-bois. Nous lançons la série avec deux spectacles différents et composé uniquement de femmes indomptables et troublantes. L’année prochaine nous enverrons des hommes explorer la forêt.

Pour la première soirée, nous accueillons deux amies et complices de longue date. La poète Élise Turcotte et la comédienne Louise Bombardier, chacune dans une loge en dehors du temps, dessinent une carte onirique à partir de leurs parcours terrestres et de leurs mythologies souterraines. Leur récit à bascule génère un étrange bestiaire intime. Entre rêve et réalité, les deuils du désir sont répétés, scandés dans une langue déliée, jouant de la symbolique et de l’humour noir. Elles creusent sous les mots de chair jusqu’à toucher ce qu’elles appellent: la Jubilation noire. Ce spectacle onirique portera des habits de songes, il sera lissé comme la fourrure d’un animal mi-sauvage, mi-apprivoisé. Scénographie et costumes: Linda Brunelle. Éclairage: Lucie Bazzo.

9 février

20h30

Dans la forêt 2: Plus on avance, plus le bois est grand

En français. La deuxième soirée de la série Dans la forêt, une proposition des Ying Yang Ladies, est un véritable parcours de 24 heures dans la forêt où chaque performeuse incarnera un moment du jour ou de la nuit. Formées de la photographe Caroline Hayeur et de la musicienne Myléna Bergeron, les Ying Yang Ladies travaillent un corpus d’œuvres vidéo-musique mystérieux et onirique. À l’invitation du FVA, elles incluent pour la première fois le texte performé et collaborent avec cinq jeunes femmes étranges aux parcours singuliers. Sans aller jusqu’à les qualifier de bêtes sauvages, on peut dire qu’elles sont… surprenantes et indociles. On parle ici de Dominique Pétrin qui nous en a fait voir de toutes les couleurs au sein des défunts Georges Leningrad, d’Isabelle Mandalian dont l’écriture atteint sa cible, de Larissa Corriveau, comédienne, musicienne et amie des licornes et des chevaux, de la plasticienne Cynthia Girard qui se prend parfois pour un cobra, parfois pour un insecte branche, et de la jeune et intense Marie Davidson qui a déjà plusieurs groupes de musique expérimentale dans ses trophées de chasse.

10 février

20h30

Fred Fortin / Plastrer la lune

Fred Fortin avec ses fabuleux complices: Olivier Langevin, Justin Allard.

22,00$

En français. Depuis une quinzaine d’années, Fred Fortin est devenu une figure marquante de la nouvelle chanson québécoise. Dès son premier album Joseph Antoine Frédéric Fortin Perron, réalisé de manière artisanale sans subvention, Fred Fortin a été louangé par la critique et il a reçu un accueil chaleureux du public et de ses pairs. Fred Fortin est aussi notre fidèle complice en tant que musicien versatile depuis 6 ans dans notre incontournable Combat contre la langue de bois. Pour nous, Fred Fortin c’est l’intégrité en personne et ça faisait longtemps qu’on voulait lui offrir une soirée tout à lui. C’est donc tout un cadeau que nous offrons au public du FVA. Fred Fortin tout-près-tout-près dans l’intimité de la charmante Sala Rossa. Des chansons tristes et drôles, touchantes et franches. Une poésie, composée dans sa cabane en bois au fond du Lac-Saint-Jean, qui frappe plus fort qu’un orchestre rock en plein centre-ville.

11 février

20h30

Combat contre la langue de bois, 6e round

Animé par Jacques Bertrand.

Avec Louis-René Beaudin, Sophie Cadieux, Sœur Esther Champagne, Clank, Francine Grimaldi, Charlotte Laurier, Martin Léon, Claude Poissant, Will Prosper, Odile Tremblay.

Interventions musicales et mise à mort des discours trop longs: Fred Fortin, Justin Allard et François Lafontaine.

20,00$

En français. Six minutes. Pas de droit de réplique. Ils viennent vider leur sac. Mais attention, l’idée n’est pas d’être le plus drôle et le plus «smatte» mais tout simplement d’être direct et sincère. Le Combat contre la langue de bois qui nous oblige à repousser les limites physiques de La Sala Rossa de quelques mètres pour accueillir le public, est devenu un véritable spectacle-culte. Particulièrement apprécié par ceux qui sont tannés d’entendre sur les tribunes publiques les vieilles cassettes rejouant les mêmes paroles déjà formatées.

Cette année, nous invitons non seulement des artistes connus mais nous faisons aussi place à la parole citoyenne avec des personnes intrigantes ou engagées dans leur communauté. Ils feront mordre la poussière à cette maudite langue de bois… et ils ne s’excuseront pas ensuite pendant deux semaines: Louis-René Beaudin (animateur indépendant à CIBL), Sophie Cadieux (comédienne versatile), Sœur Esther Champagne (religieuse et militante déterminée à rendre les entreprises responsables), Clank (non-voyant qui vit sa vie intensément), Francine Grimaldi (une pionnière, une curieuse, une sorteuse), Charlotte Laurier (indomptée et rebelle depuis toujours), Martin Léon (groover zen et authentique), Claude Poissant (intelligent, implacable, élégant), Will Prosper (un citoyen phare pour la communauté de Montréal-Nord) et Odile Tremblay (fine plume incisive et délinquante). Et à l’animation c’est le retour du grand Jacques Bertrand.

Afin d’éviter de mettre le public KO, nos arbitres musicaux, Fred Fortin (notre fidèle allié depuis six ans), François Lafontaine et Justin Allard feront taire ceux qui s’étireront un peu trop au-delà du temps alloué!

12 février

20h30

Cabaret Dada Queer — Spectacle de clôture

En français, en anglais… et en lipsync. Notre Cabaret DADA connaît un succès foudroyant à chaque année. Il nous permet de rendre hommage à nos précurseurs dadaïstes qui, tout comme nous, rejetaient les conventions, les convenances, les contraintes et la logique. Lors de cette soirée nous célébrons l’extravagance et la liberté de création. Et cette année c’est rien de moins qu’un Cabaret Dada Queer que nous offrons au public. Nous avons réuni une distribution complètement délirante, insolente, improbable et surtout très sexy. Il fallait être capable d’explorer l’autre partie de sa personnalité, plonger dans le «weird» de soi-même et créer littéralement un nouveau «genre». Le travestisme sera à l’honneur et à vous de deviner qui est 100% Queer et qui le deviendra. Et à partir de 23h, pour terminer en beauté cette semaine de fou, on se ramasse tous à la Casa del Popolo pour faire le party avec le trop sexy Plastik Patrik! D’autant plus que c’est… entrée libre. Et ce sera enfin le moment d’offrir un drink à votre chère D. Kimm qui pourra dire mission accomplie.