Nouvelle

Cinq ans et toutes ses dents!

Samedi 18 février 2006
7550

Se déroulant du 10 au 17 février 2006, la cinquième édition du Festival Voix d’Amériques (FVA) a connu un succès retentissant, ce qui démontre une fois de plus la pertinence de cette fête de la littérature orale, du texte performé et du spoken word à Montréal.

Le Festival a remporté son principal pari: faire découvrir son invité d’honneur, Tomson Highway, au public francophone. Reconnu mondialement comme le plus important auteur autochtone et certainement l’un des meilleurs dramaturges canadiens, Tomson Highway n’est maintenant plus un inconnu au Québec. Le public s’est régalé de ses récits à la fois épiques et sensibles, ainsi que de ses chansons, interprétées par la jeune chanteuse et actrice Patricia Cano, qui fut l’une des révélations du FVA.

Outre Tomson Highway, les spectateurs du FVA ont fait de nombreuses découvertes heureuses dans des salles bien pleines. Parmi les temps forts du festival, soulignons la soirée Jolis garçons animée par Alexis O’Hara, qui a permis au poète Jean-Paul Daoust, entre autres, de «lâcher son lousse». Lors du spectacle Body and Soul 3, enfin présenté en français, des performeuses éclatées telles que Catherine Lalonde et Sylvie Laliberté ont séduit la foule par leur énergie et leur sensibilité; D. Kimm, l’âme du FVA, animait cette soirée et y a offert une puissante performance. Le 2e Combat contre la langue de bois regorgeait de décharges électriques, entre la délicate détermination de Jim Corcoran, les provocations de Jean-François Poupart et de ses deux épouses ou la sortie de Francine Pelletier sur l’omniprésence du discours nationaliste, sans oublier la charge de Michel Vézina sur la question de la politesse.

Le groupe Caniche Hara-Kiri a fait des siennes à plus d’une reprise, le jeune rappeur algonquin Samian a séduit tous ceux qui l’ont entendu, et les Loco Locass ont mis fin à une semaine effervescente par une envolée endiablée aux côtés de Raôul Duguay. Chez les artistes anglophones, le collectif The Fugitives, la conteuse Ivan Coyote et la performeuse Kinnie Starr auraient pu continuer pendant toute la nuit que la foule en aurait redemandé encore. Quant à Chanti Wadge, elle a creusé au cœur de la peine d’amour en une déchirante performance alliant poésie et mouvement. Les cabarets Shifts de nuit et les 5 à 7 quotidiens de la Casa del Popolo ont également grouillé de surprises, et le second Salon de la marginalité a servi, une fois de plus, de lieu de réseautage pour divers organismes et maisons d’éditions.

Cette cinquième édition du FVA s’est déroulée sous le signe de la maturité, puisque Les Filles électriques, l’organisme responsable de mettre sur pied le FVA, a pris de l’expansion et s’est consolidé au courant de l’année 2005. Une campagne de levée de fonds sera justement lancée sous peu afin d’assurer la croissance du FVA.

La prochaine édition du FVA aura lieu du 2 au 9 février 2007 et D. Kimm, la directrice générale et artistique du FVA, a déjà de gros projets en vue!