Nouvelle

Le Miracle de Brahmine, le Retour: Une expérience récalcitrante

Mercredi 12 mai 2010
7554

Les incrédules seront confondus!!!

Après un prestigieux passage au Festival Voix d’Amériques en 2009, le collectif Brahmine vous convie à une nouvelle représentation de rarissimes étrangetés et d’interdisciplinarités aussi rigoureuses qu’indisciplinées offertes par la famille Robert-Boudin. Heureux de vous accueillir dans le cadre du OFFTA pour des fins de soirée à la Sala Rossa, les dix artistes intrépides dépasseront encore une fois les strates de l’impossible pour présenter «Le Miracle de Brahmine, le Retour».

Pour ce tout nouveau spectacle moderne, Marcelle Hudon, 2boys.tv, ZAL, Mobile Home, Brigitte Henry, Martine H Crispo et D. Kimm délaissent ectoplasmes et occultisme pour voyager à travers les extraordinaires possibilités de la science et de ses exploits. Ainsi, voyez Celestine Boudin présenter la première machine au monde capable de capter l’image de l’âme des gens! Mlle Clara, dompteuse de lapins accompagnée de son assistante Nounou, fera non seulement léviter les lapins mais s’adonnera aussi à une séance de téléportation! Envoutée par un petit théâtre de papier, la myope Carolin Boudin exécutera la danse des sept voiles et frôlera la mort, accompagnée par l’ombrageux égyptologue amateur Antonin Boudin et la familiale marionnettiste Olivette Beaulieu Boudin. Entrez dans le mystère: au son d’une scie musicale, des dessins au tableau noir se mettent à bouger et un homme change de visage au gré des notes dans une possession mélancolique! En grande première mondiale, vous assisterez au dévoilement de l’extraordinaire machine à voyager dans l’inconscient, une invention de Laurent Boudin. Et dans un moment historique, la chorale de la famille Boudin enregistrera un classique du répertoire hawaïen, en direct, sur un authentique gramophone du siècle dernier! Un vaste programme de curiosités, d’adresses et de bouffonneries.

Ce qui compte, c’est la sincérité

Le collectif Brahmine crée des spectacles incluant performances, projections, installations, musique, théâtre d’ombres, magie naïve, automates, objets transformés. Artisanat et débrouillardise questionnent la matière, l’espace ainsi que l’acte performatif. Le collectif est influencé par le travail d’artistes inventeurs comme Robert-Houdin et George Méliès mais aussi par tout ce qui est étrange et marginal. Il s’inspire très librement de l’esthétique des Cabinets des curiosités et des Tableaux vivants ou encore de l’atmosphère de «freak show».

Leur premier spectacle a été qualifié de poétique, amusant et troublant, «un spectacle dans lequel on peut voir les ficelles». Peut-être plus romantique que performatif, le collectif envoûte les spectateurs et les rend complices de procédés désuets mais toujours charmants.

Les membres du collectif sont: Marcelle Hudon, Stephen Lawson et Aaron Pollard (2boys.tv), Mélanie Charest et Pierre Potvin (ZAL), Lucas Jolly et Steeve Dumais (Mobile Home), Brigitte Henry, Martine H Crispo et D. Kimm.

Une production Les Filles électriques

Fondée en 2001 et dirigée par D. Kimm, la compagnie Les Filles électriques (LFÉ) a pour mandat de créer et diffuser des œuvres artistiques interdisciplinaires liées au texte et à la performance. L’événement majeur produit par LFÉ est le Festival Voix d’Amériques qui présentait sa 9e édition en 2010. La compagnie a reçu cette année une deuxième nomination au Grand Prix du Conseil des arts de Montréal dans la catégorie Pratiques émergentes.