Nouvelle

Bilan du FVA 2011, une véritable fête!

Jeudi 24 mars 2011
7580

Quelle merveilleuse édition du Festival Voix d’Amériques ce fut. Et nous l’avons fêté en grand ce 10e anniversaire. Les spectacles étaient exceptionnels, le public était au rendez-vous, l’effervescence aussi. C’est ce qui m’a fait le plus plaisir, le sentiment que nous avons célébré ensemble, artistes, spectateurs, équipe des Filles électriques, que nous avons célébré notre différence, notre audace, notre envie de faire les choses autrement.

Nos deux invités d’honneur nous ont fait honneur. La flamboyante Melissa Auf der Maur à La Tulipe a été généreuse et en connexion avec le public. Michel Faubert nous a fait toute une surprise en débarquant à La Sala Rossa avec le groupe Voivod au grand complet. On a eu droit à un spectacle particulièrement intense, un de ces moments historiques dont le FVA a le secret. Le spectacle Maison close était délicieux et délinquant. Claude Guerre était touchant dans sa rencontre intime avec un public restreint mais fasciné. Nos amis new-yorkais nous ont montré leur savoir-faire et leur expérience, et ça nous a rappelé le bon vieux temps des spectacles généreux et juste un petit peu trop longs. Et la rencontre improbable Dans la forêt III avec nos quatre étranges créatures était tout simplement magique.

Nous avons frappé un grand coup avec un Combat contre la langue de bois particulièrement réussit. Honnêtement, je ne m’attendais pas à ce que nous ayons a refuser autant de monde même si le spectacle était présenté à La Tulipe, une salle de 530 places!!! Nos combattants ont été brillants, les musiciens puissants et notre animateur Stéphane Crête tout simplement délicieusement parfait. Le Cabaret DADA Freak Show a été le délire somptueux qu’on espérait… et j’ai survécu à mon numéro de la chaise électrique (ouf!).

Du côté des «5 à 7» au Divan orange, on a eu droit à des fins de journées lumineuses, entre découvertes et retrouvailles, valeurs sûres et exploration. Mentionnons Keith Kouna et Avec pas d’casques ont fait déborder la salle, la bande de Canailles nous a séduit le blues et le cœur.

Quant à nos fameux Shift de nuit à Casa del Popolo, il s’agit vraiment de quelque chose d’unique à Montréal où la formule Micro ouvert peut se révéler très casse-cou. C’est presque un FVA dans le FVA, avec son propre public et une ambiance excitante. Notre animateur Pascal Angelo Fioramore était irrévérencieux mais toujours très «class». On se rappellera longtemps le groupe -O- avec sa musique expérimentale et ses projections, et Les momies de Palerme qui nous ont obligés à étirer au maximum la capacité de la salle au point de ne plus pouvoir fermer la porte (oups!).

Je tiens à remercier chaleureusement et émotivement tous ceux qui ont permis de faire de cette édition une si magnifique fête. Toute l’équipe des Filles électriques et du FVA, nos stagiaires et bénévoles, la Sala, la Casa et le Divan orange, nos subventionneurs et partenaires privés, les artistes bien sûr, si talentueux et généreux, les médias qui nous ont fait une belle place et l’équipe de Karine Cousineau Communications pour leur travail exceptionnel.

10 ans d’audace et de transgression. 10 ans de parole authentique et indocile. Je crois que nous avons livré la marchandise et que ce slogan nous définit bien.

Et maintenant? Eh bien à tous ceux qui pensent qu’on se la coule douce en prenant des vacances bien méritées, détrompez-vous. Nous sommes déjà au boulot à préparer le futur des Filles électriques. Cette édition a prouvé hors de tout doute que le Festival Voix d’Amériques est un événement majeur, incontournable, d’une grande qualité artistique, d’une profonde intégrité, aimé du public et des artistes. Il faut maintenant que notre financement soit à la hauteur de notre engagement envers la communauté et que nous ayons les moyens de nous développer. Ce qui signifie en bref: pouvoir enfin engager un directeur administratif! Nous le méritons, non? Et nous partons dès maintenant en mission et nous allons cogner à toutes les portes. Coucou c’est D. Kimm!!!

Bon printemps à tous, tenez-moi au courant de vos projets et de vos réflexions. Ça m’intéresse.

D. Kimm

Directrice générale et artistique